Question sur l'histoire de l'IBSC

http://www.cil-ibsc.fr - Demandez ici des informations concernant la vie de la CIL - IBSC, les congrès, les concours, le Macropode, les membres, etc ...

Modérateurs: David, Cyril

Question sur l'histoire de l'IBSC

Messagede frederic.denis » 28 Sep 2007, 15:59

non, non, on ne retourne pas en cours d'histoire mais, suite à de nombreuses questions ici ou là, je me demandais qu'elle était la différence entre la CIL/IBSC et IBC ?

Merci

Frédéric
Avatar de l’utilisateur
frederic.denis
 
Messages: 90
Inscription: 21 Sep 2003, 23:21
Localisation: Cestas (33)

Messagede marc » 29 Sep 2007, 08:37

Vaste question mon cher Fred,
Pour l'histoire de la CIL je laisse répondre Michel, pour ne pas monopoliser l'espace :P
L'IBSC : International Betta Splendens Club a été crée en Avril 1993 suite à un concours qui se déroulait en Suisse (Winterthur). Cinq fous du Betta ont décidé de se réunir pour faire partager leur passion : le combattant.
Laurent Chenot, Rajiv Masillamoni, Marc Maurin, Ernie Perez et Michel Perrotino ont donc unis leurs efforts pour constituer ce club qui se voulait européen. A l'époque nous allions régulièrement en Allemagne pour participer ou organiser des concours. Jean Schnugg (co-fondateur d'Aquarama), nous a rejoint, pour notre plus grande fierté.

Le but était de faire ce qui n'avait jamais été encore fait en France et en Europe, nous avions derrière nous les poissons à 180 ° qui ne s'appelaient pas encore Half Moon. Il fallait faire quelque chose. :twisted:

Ainsi au fil des années nous avons édités un petit journal (d'une vingtaine de pages tout de même) dans lequel nous ne parlions que de Betta spledens. Avec photos couleurs et légende détaillées des photos (comme aujourd'hui à la CIL/IBSC). Je précise que durant cette période j'ai toujours été adhérent et membre actif de la CIL. L'idée était de faire quelque chose de plus pour le Betta.
Les années passants, le journal a été traduit en Allemand par notre ami Otto Tempel (à l'époque vice président de l'IGL, la branche Allemande de la CIL) et le nombre d'adhérents a dépassé les 70, ce qui compte tenu de l'ultra spécificité du club était inespéré.

La vie étant ce qu'elle est, Ernie est retourné aux USA, puis bien plus tard Laurent a stoppé son activité, Rajiv a divorcé... et je me suis retrouvé seul à mener la barque. Les relations avec l'Allemagne sont devenue très espacée (je ne parle pas allemand) et les articles pour le journal commençaient à faire défaut.
N'ayant jamais quitté la CIL et sur les conseil de Rajiv et de Markus j'ai proposé à Michel de réintégrer la CIL en gardant le nom historique d'IBSC le premier club de betta demi lune au monde !!!!. Ce qui a donné le mariage heureux de CIL/IBSC.

En ce qui concerne l'IBC (International Betta Congress), ce club américain a plus de 30 ans d'existence, il a bénéficié des très bonnes études réalisées par le Docteur Gene Lucas et depuis l'avènement d'internet sa popularité devient mondiale.
En tant qu'ISBC nous étions IBC chapter (5 membres adhéraient à l'IBC) ce qui nous permettait d'utiliser des articles parus dans le journal américain "Flare".
Je traduisait l'intégralité des articles, puis à la fin des années 90 Flare est devenu beaucoup moins intéressant.

L'IBC ne s'est jamais intéressé à nos activités ni à nos concours.

Rajiv (Juge IBC) formait les juges (Klauss Franck, Joël Arnette, Patrick Camerlynck, Marc Maurin...) tout en adaptant le standard américain à la réalité du terrain (nous avions des 180° et pas les américains), et c'est toujours sur cette base que nous jugeons les poissons.

Le regain d'activité constaté aujourd'hui dans le monde du Betta est surtout lié au retour des asiatiques dans l'élevage du Betta. En fait ce n'est pas un retour, mais plutôt une modification de leurs critères d'élevage, les queues de voiles laissent la place aux demi lune (pour l'export) ! Internet et l'export permettent de gagner beaucoup d'argent ! Un Betta acheté quelques bath (= moins de 50 cents) à Bangkok coûte sur le net parfois jusqu'à 50 $ (EUR) ! Autant dire que la fibre commerciale des Thaïs et autres Singapouriens n'en attendait pas plus !

Pour en revenir à ta question de base : quelle différence entre CIL/IBSC et IBC ?
Aucune, si ce n'est que la CIL/IBSC est un club européen et que l'IBC est un club Américain avec tout ce que cela implique en terme d'organisation, de volume et de communication.

La CIL/IBSC est à la France (Europe) ce que l'IBC est aux USA, avec quand même une difficulté supplémentaire : la barrière de la langue entre les différents pays européens. Il nous manque un Laurent Chenot pour faire le lien avec les éleveurs Allemand, puisque nos relations avec les anglais sont déjà bien soudées. :P

J'espère avoir répondu à ta question et à ceux qui se la posait sans oser la formuler.

Bettaphilement Marc
Image
Avatar de l’utilisateur
marc
 
Messages: 645
Inscription: 04 Mar 2004, 14:33
Localisation: Marseille

Messagede daredesign » 30 Sep 2007, 15:06

Ainsi nous pouvons enfin situer les points communs et les différences entre l'IBSC et l'IBC... Beaucoup de bettaphiles ne differencient pas les deux ou bien croivent que les criteres de jugement sont different.

merci d'avoir éclairé notre lanterne


Au fait, en étant membre du CIL, l'adherent est automatiquement membre de l'IBSC ?
Avatar de l’utilisateur
daredesign
 
Messages: 34
Inscription: 16 Juin 2007, 10:27
Localisation: Riom

Messagede marc » 01 Oct 2007, 07:34

Salut Alex,
CIL/IBSC ne font qu'un ! Nous avons juste voulu garder le sigle en mémoire ! La cotisation est unique.
Bonne continuation
Marc
Image
Avatar de l’utilisateur
marc
 
Messages: 645
Inscription: 04 Mar 2004, 14:33
Localisation: Marseille

Messagede Phil C » 01 Oct 2007, 10:22

Tellement sympa ce "topic", que ça mériterait qu'il soit en ligne sur notre site officiel, et bien visible ! Je pense que ça aiderait un peu tout le monde à y voir plus clair, non ?

Fred, tu t'en charges ?

A+
Phil.
Avatar de l’utilisateur
Phil C
 
Messages: 94
Inscription: 13 Juin 2003, 17:07
Localisation: Venelles (Bouches-du-Rhône)

Messagede Michel » 01 Oct 2007, 19:12

Bonsoir,
Oh là, j'attrappe un coup de vieux avec tout cela ! Mais, Frédéric, tu as bien fait de parler de ce fait... historique. Qui se souci à l'heure actuelle de la création d'une association comme la nôtre... Que de chemin parcouru depuis le jour où trois aquariophiles passionnés (Allemand, Suisse et Français) se sont retrouvés autour d'une table en janvier 1979 pour créer ce qui allait devenir au bout d'une année une association spécifique européenne pour les "Labyrinthidés" (on dit maintenant Anabantoïdes). La difficulté était, et reste toujours d'ailleurs, celui de la langue. Pour cette raison, la France, co fondatrice de l'IGL (CIL en français) et par la bonne volonté de notre ami Jacques Nicolas a édité dès les premiers moments et en français, une revue intitulée "LE MACROPODE". Les années ont passé, les contacts ont suivi avec plus ou moins de bonheur, mais l'association tient toujours la route. Aujourdhui, nos contacts sont omniprésents avec nos collègues Anglais, Allemands, Suisses, Belges, Hollandais et ... Américains ! Les échanges d'informations, de documents, de souches de poissons, sont monnaie courante et font partie de notre vie associative. Ce n'est pas de la représentativité cela ?
Voici donc la longue route qui nous amène aujourd'hui à parler des Formes Naturelles et des Formes Sélectionnées (en pensant au Betta splendens). Et comme l'a dit dans un message posté plus haut notre ami Marc, l'entité associative dans le vrai sens du mot, que forme la CIL et l'IBSC nous permet d'avoir cette légitimité de reconnaissance comme association spécialisée, l'une et l'autre partie se complètant admirablement bien. C'est bien pour cette raison d'ailleurs que nous travaillons de concert, l'union fait la force.
Et voilà Frédéric, un petit moment d'histoire de la vie aquariophile française à faire partager.
Michel
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 364
Inscription: 17 Juin 2003, 20:22

Messagede Michel » 01 Oct 2007, 19:21

CIL et IBSC = même association !
Et oui Alexandre, cela n'a pas changé depuis notre coup de fil de la semaine dernière : la cotisation annuelle de 30 euros est pour l'adhésion à l'association pleine et entière. Avec Marc, nous avons souhaitez conserver l'un et l'autre notre "sigle" pour souligner notre rapprochement. Ainsi, que l'on élève Betta uberis ou Macropodus opercularis ou Betta splendens (qu'il soit de forme naturelle ou de forme sélectionnée) ces poissons appartiennent tous à la grande famille des Anabantoïdes.
Michel
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 364
Inscription: 17 Juin 2003, 20:22

Messagede frederic.denis » 01 Oct 2007, 20:48

OK Phil pour mettre en ligne sur le site mais je me pose encore quelques questions.

Entre autre, il semble que la principale différence entre le standard de jugement CIL/IBSC et IBC c'est la forme de la caudale. C'est la seule différence ?
Avatar de l’utilisateur
frederic.denis
 
Messages: 90
Inscription: 21 Sep 2003, 23:21
Localisation: Cestas (33)

Messagede marc » 01 Oct 2007, 23:21

Cher Fred,
tu veux vraiment que je passe mon temps sur le net ou quoi :shock:
Les différences qui peuvent exister entre le standard IBC et l'application que les européens que nous sommes, en ont fait, viennent de notre passé culturel bettaphile.
Le Betta half moon tel que l'a qualifié Jeff Wilson est né en France, à Smarves exactement, l'engouement pour ce type de poisson s'est rapidement fait sentir au sein des concours organisés par la CIL (l'IBSC n'existait pas encore).
La création de l'IBSC (club français puis européen) a eu pour effet de promouvoir cette forme si caractéristique. Le standard IBC ne reconnaissait pas encore la forme demi lune, mais Rajiv tirait vers le haut, souhaitant voir rapidement cette forme arriver dans toutes les catégories de couleur.
Pendant ce temps les américains continuaient sur leur lancé, ce qui a beaucoup chagriné l'équipe d'éleveur CHENMASWIL (Chenot, Masillamoni, Wilson).
C'est donc sur le standard de base de l'IBC et avec un juge IBC que nous jugions les poissons lors de nos concours européens. Mais la forme était et reste primordiale.
Nous avons par exemple été les premiers à juger les Plakat demi-lune et même à favoriser ce type de poisson au détriment des Plakat traditionnels. Ce choix c'est d'ailleurs finalisé lors d'un congrès à Dijon au-cours duquel je présentais les différentes formes de Plakat et l'évolution qu'on pouvait en attendre aux éleveurs présents (Allemand, Anglais et Français étaient présents). La démonstration faite, nous avons en quelque sorte ratifier les choix fait par les éleveurs. Ainsi dans nos concours, nous donnons l'avantage aux mâles Plakat demi lune. Les autres paramètres : forme du corps (épais et haut, courbure du dos), amplitude des nageoires impaires ... restent des facteurs de contrainte importants. On ne pourrait imaginer un mâle demi lune gagner simplement parce qu'il est demi lune, à moins que les autres poissons présentés ne soient pas terribles.
Autre différence pour le Plakat aussi, il n'est pas mélangé aux voiles longs pour le choix de meilleur du concours. Mais cela pourrait très bien évoluer. Aujourd'hui il nous parait anormal de comparer des poissons aux voiles courts (moins difficiles à garder en bonne condition) avec des demi-lune aux nageoires plus fragiles. Les éleveurs ne sont pas égaux face à la difficulté. Dans le même ordre d'idée un poisson d'une couleur réputée difficile ou d'une forme habituellement difficile (QD opaque par exemple) fera bon effet sur les juges.
Mais ce choix n'est pas irrévocables.
Le standard est un idéal, cela ne veut pas dire qu'il est facile de l'atteindre.
je me souviens de discussions à propos de la taille minimale que certains éleveurs trouvaient trop grande (38 mm pour les mâles), faut il rappeler qu'un Betta mesure 5 cm à l'âge adulte ? :?
Doit on accepter des poissons, certes magnifiques, mais qui n'ont que quatre mois et mesurent difficilement 30 mm ?
Sur ce point nous suivons à lettre le standard IBC.
Imaginons que nous acceptions de descendre la taille du standard à 30 mm, que se passera-t-il dans un futur plus ou moins proche ? Les éleveurs qui présenteront des poissons de trois mois diront que le standard est trop grand ! :( Quelle crédibilité pourrons nous avoir ?
Soyons sérieux, un standard n'a pas pour objectif de faire plaisir aux éleveurs, il fixe des règles et des cadres, à l'éleveur de s'y conformer.
Par contre dans notre association, les juges ont toujours eu la possibilité d'adapter le concours aux poissons présentés. Cela afin d'encourager les éleveurs, élever des Betta n'est pas si simple, il faut y consacrer du temps. Ainsi nous avons fait il y a quelques temps un classement des poissons de petite taille (près de la moitié des poissons présentés). Ces poissons n'ont bien entendu pas concourus pour le BOS.
Quelqu'un avait dit aux nouveaux éleveurs que les poissons étaient adultes à 4 mois ! Désolé mais c'est faux !
Ils sont sexuellement matures à 4 mois (même bien avant) mais ils ne sont pas pour autant adultes.
Pour conclure :
Je n'aimerais pas mettre dos à dos deux standards, cela n'a aucun sens, il n'y a pas de différence majeure, c'est surtout l'interprétation qui en est faite, qui fait la différence. L'expérience aide aussi beaucoup.

Pour la petite histoire, lorsqu'en Avril 2005 nous nous sommes rendus en Allemagne pour la réunion IGL, il y avait un méga concours organisé par l'équipe de Marion Schultess, avec un classement éleveurs amateurs et un classement éleveurs professionnels. Rajiv qui participait à la manifestation m'a demandé de lui donner un coup de main pour départager les meilleurs du concours, pourtant la présélection avait été faite par d'autres juges... C'est ça la véritable passion !

N'hésite pas à poser d'autres questions, ces mises au point auraient dû être faite il y a longtemps :oops:

Bettaphilement Marc
Image
Avatar de l’utilisateur
marc
 
Messages: 645
Inscription: 04 Mar 2004, 14:33
Localisation: Marseille

Messagede Jurabetta » 02 Oct 2007, 03:24

marc a écrit: Cher Fred,
tu veux vraiment que je passe mon temps sur le net ou quoi
Oui on aimerait que tu passes plus de temps sur le net... :D

marc a écrit:Pour la petite histoire, lorsqu'en Avril 2005 nous nous sommes rendus en Allemagne pour la réunion IGL, il y avait un méga concours organisé par l'équipe de Marion Schultess, avec un classement éleveurs amateurs et un classement éleveurs professionnels. Rajiv qui participait à la manifestation m'a demandé de lui donner un coup de main pour départager les meilleurs du concours, pourtant la présélection avait été faite par d'autres juges... C'est ça la véritable passion !
Il y a un autre fait intéressant dans le concours ci-dessus; en 2005, le club de Marion utilisait encore le standard EHBBC, donc leur propre standard, tout en étant affilié à l'IBC.
Les catégories "professionelles" ont été jugées selon le standard et la méthode IBC, les catégories "amateurs" ont été jugées selon le standard EHBBC avec leur système de points, tout ça pour être finallement départagés par l'oeil de deux éleveurs expérimentés, et on se rend compte que différentes méthodes ont réussi à cohabiter dans un même concours...il faut croire qu'elles ne sont pas si divergeantes que ça. :D

marc a écrit:
C'est donc sur le standard de base de l'IBC et avec un juge IBC que nous jugions les poissons lors de nos concours européens. Mais la forme était et reste primordiale.
C'est effectivement culturel, les concours en Europe accordent toujours plus ou moins la priorité à la forme, tandis qu'aux USA, on donne nettement plus d'importance à la couleur. :D

marc a écrit:
Pour conclure :
Je n'aimerais pas mettre dos à dos deux standards, cela n'a aucun sens, il n'y a pas de différence majeure, c'est surtout l'interprétation qui en est faite, qui fait la différence. , L'expérience aide aussi beaucoup.
Oui, je le dis aussi toujours, il y a le standard, mais il y a aussi l'interprétation qu'on en fait, qui compte. Et c'est pour cela qu'on ne peut pas s'improviser juge, il faut acquérir de l'expérience. :D

marc a écrit:La création de l'IBSC (club français puis européen) a eu pour effet de promouvoir cette forme si caractéristique. Le standard IBC ne reconnaissait pas encore la forme demi lune, mais Rajiv tirait vers le haut, souhaitant voir rapidement cette forme arriver dans toutes les catégories de couleur.
Pendant ce temps les américains continuaient sur leur lancé, ce qui a beaucoup chagriné l'équipe d'éleveur CHENMASWIL (Chenot, Masillamoni, Wilson).
Alors, oui et non.
Il y avait de nombreux éleveurs américains tout acquis à la cause du Demi-lune, mais le problème à l'époque était la "résistance au changement" des anciens, qui ne voulaient pas avoir la concurrence des Demi-lunes face à leurs Deltas.
C'est pour cette raison qu'il a fallu dix ans pour voir bouger les choses.
En 2001, Peter Goettner, Leo Buss et d'autres éleveurs de Demi-lunes ont créé le Global Halfmoon Betta Breeders club (GHBB), club international, affilié à l'IBC tout en étant indépendant.
Leurs concours jugés selon un standard spécifique ayant eu un énorme succès, ont donné un "coup de pied" à l'IBC, et le standard IBC a enfin été révisé en 2005. :D

Actuellement, selon ce nouveau standard, c'est la forme Demi-lune, avec ouverture de la caudale à 180°, qui représente l'idéal à atteindre.
Et cela, peu de personnes semblent le savoir. :cry:


Pour les personnes intéressées à connaître le nouveau standard IBC:
- Standard IBC, version en français, généralités.
- Standard IBC, anglais et français: Grizzle et Crowntail
- Standard IBC, anglais et français: Plakats
- Le Plakat symétrique est admis dans le standard IBC depuis juillet 2007.
- La partie concernant les couleurs a été révisée en 2006 et n'existe pour le moment qu'en anglais.
...Ceci à titre d'information. :D
Dernière édition par Jurabetta le 02 Oct 2007, 22:46, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jurabetta
 
Messages: 43
Inscription: 26 Juin 2003, 20:28
Localisation: Suisse
Section régionale ou club: Swiss Betta Club & IBC

Messagede Jurabetta » 02 Oct 2007, 03:31

frederic.denis a écrit:Entre autre, il semble que la principale différence entre le standard de jugement CIL/IBSC et IBC c'est la forme de la caudale...
Alors non: la forme de caudale idéale dans les deux cas est identique, une caudale s'ouvrant à un angle de 180°, aux bords droits, dite Demi-lune.
La différence, non pas du standard IBC, mais de son interprétation aux USA par rapport à son interprétation en Europe, est d'accorder un peu plus d'importance à la pureté des couleurs et à la précision des motifs.
Ceci dit, un Betta est un tout, pas seulement une nageoire caudale. :roll:


Imaginons que nous acceptions de descendre la taille du standard à 30 mm, que se passera-t-il dans un futur plus ou moins proche ? Les éleveurs qui présenteront des poissons de trois mois diront que le standard est trop grand !
Oui...
Ou nous n'aurons plus que des adultes nains...? :cry:
Avatar de l’utilisateur
Jurabetta
 
Messages: 43
Inscription: 26 Juin 2003, 20:28
Localisation: Suisse
Section régionale ou club: Swiss Betta Club & IBC

Messagede Michel » 02 Oct 2007, 09:12

Bonjour,
Heureusement que la CIL IBSC est plus réactive et que nous évoluons plus rapidement que tous les dix ans. Maintenant, si on peux faire une comparaison avec un jugement de concours chien/chat, (Hugues, tu connais) le standard de race est appliqué, le jugement est sans appel, les éleveurs acceptent, et je pense qu'il y a aussi une part de subjectivité dans tout cela, ce qui débouche, non seulement sur un jugement, mais sur une passion.
Michel
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 364
Inscription: 17 Juin 2003, 20:22

Messagede marc » 02 Oct 2007, 20:14

Bonsoir à toutes et à tous,

Je répète ce que j'ai déjà dit plus haut, les standards de jugement donnent le cadre, fixent quelques règles essentielles permettant de garder les caractères développés chez nos Betta. Tout en donnant l'idéal qui n'est pas forcément encore atteint.
Limiter le poisson idéal au 180 ° comme le fait aujourd'hui l'IBC me dérange, à la CIL/IBSC nous préférons une formule qui permet de favoriser le poisson qui a la plus grande amplitude (rayons droits et longs...), sans nous limiter à 180 °. Symétrie et proportions sont comme à l'IBC des paramètres importants. Nous n'avons rien inventé ! Seulement adapté.

Une organisation telle que la notre (CIL/IBSC) représentative des éleveurs depuis plus de 20 ans se devait d'intégrer les spécificités « européennes », et ce que nous avons fait et continuons à faire. Les éleveurs qui participent depuis plusieurs années à nos manifestations peuvent en témoigner. Les concours européens ne regroupent généralement pas plus de 300 poissons, et c'est déjà pas si mal, compte tenu du nombre d'éleveurs.

Ce qui me dérange le plus c'est qu'on veuille opposer des juges ou des clubs sous le prétexte de standards différents, qui en réalité sont très proches !

Nous ne parlons plus comme il y a 15 ans de favoriser des demi lunes par rapport aux queues de voile. Il faut savoir qu'à l'époque de la réunification des deux Allemagnes, la RDA avait son propre standard (ZAG), il a fallu faire un travail de fond et pédagogique important (Laurent, Rajiv et moi) pour faire admettre à ces très bons éleveurs que l'avenir était au 180° !
L'idée directrice était non pas de dénigrer telle ou telle forme, mais plutôt de récompenser la forme qui demandait le plus de travail de sélection. Nous ne voulions décevoir personne. C'est encore ce que nous faisons avec le Plakat aujourd'hui. N'importe qui est capable de se procurer des poissons directement en Asie et de les présenter lors d'un concours. Présenter des poissons de qualité (travaillés) reste plus difficile. J'ai présenté dernièrement deux mâles Plakat rouges, l'un était de forme demi lune d'une couleur quasi parfaite, l'autre était de forme traditionnelle avec une gueule monstrueuse et une caudale en forme de pique. Ce dernier n'a même pars été considéré par les juges et c'est normal ! Il ne présentait pas de différence significative avec un poisson non travaillé. Pour la petite histoire ces deux poissons étaient frères...

Dès son premier concours en 1987 à Lyon, la CIL favorisait les voiles deltas aux queues de voiles ! J'étais déjà sur place (en tant que spectateur) et je peux vous assurer que les poissons primés étaient déjà autre chose que ceux que l'on trouve encore aujourd'hui dans le commerce !

CIL/IBSC et IBC sont des entités historiques qui n'existent nulle part ailleurs, elles possèdent leurs propres caractéristiques et leurs propres différences qu'il serait dommage de gommer. Chacun a le droit de se reconnaître dans l'une ou l'autre ou pourquoi pas les deux comme certains d'entre nous. Les seuls vrais problèmes sont la barrière de la langue, et la différence culturelle.

Un petit mot pour Michel, en ce qui concerne le comportement de certains éleveurs par rapport aux choix des juges : nous sommes en France (entre Francophones) et c'est justement notre spécificité culturelle de râler... contre la loi, contre le code de la route (qui est « ridicule avec sa limitation à 130 km » !!) et pourquoi pas contre le jugement des poissons.

Après bien entendu il y a le niveau culturel qui intervient et l'éducation que l'on a reçu, qui permet d'indiquer son désaccord sans être agressif ou encore tout simplement de discuter tel ou tel point, plutôt que de parler dans le dos des principaux intéressés. David, Docteur White spot expliquerait ça beaucoup mieux que moi. C'est probablement la faute des parents...

Un petit mot pour Claire :
Le Global Half Moon Club, a eu une durée de vie de quelques mois il me semble... les personnes prêtes à donner de leur temps pour une association ne sont pas légion !

En tout cas, les questions de Fred ont le mérite de me faire sortir de ma tanière, merci encore à lui.
Soyons constructifs, le soleil brille pour tout le monde et que les personnes motivées sachent qu'elles ont leur place au sein de notre club, Fred en est d'ailleurs un excellent exemple, au même titre que Hugues avec leurs idées novatrices et leur punch.

Bettaphilement

Marc Maurin
Dernière édition par marc le 12 Oct 2007, 21:32, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
marc
 
Messages: 645
Inscription: 04 Mar 2004, 14:33
Localisation: Marseille

Messagede frederic.denis » 02 Oct 2007, 20:50

Euh, là, vous m'avez scié !

Un gros merci à Marc, Claire et Michel ! Je pense que la bettaphilie a de bos (elle était facile mais je n'ai pas pu m'en empêcher) jours devant elle.
Avatar de l’utilisateur
frederic.denis
 
Messages: 90
Inscription: 21 Sep 2003, 23:21
Localisation: Cestas (33)

Messagede Jurabetta » 02 Oct 2007, 23:27

Michel DANTEC a écrit:Bonjour,
Heureusement que la CIL IBSC est plus réactive et que nous évoluons plus rapidement que tous les dix ans.
Oui. :P
L'IBC est une grosse association avec quelques "lenteurs administratives"... mais je penses que là ils ont compris la leçon...le standard a été ouvert plus rapidement aux couleurs métalliques et aux Plakats symétriques par exemple.

A la relecture de tout le sujet (c'était 3h. du matin...), je vois que maintenant la principale différence entre CIL/IBSC et IBC, c'est que l'IBC a conservé la forme Plakat traditionelle comme catégorie à part, tandis que pour CIL/IBSC cette forme n'est pas favorisée.



marc a écrit:Limiter le poisson idéal au 180 ° comme le fait aujourd'hui l'IBC me dérange, à la CIL/IBSC nous préférons une formule qui permet de favoriser le poisson qui a la plus grande amplitude (rayons droits et longs...), sans nous limiter à 180 °.
Je dois être fatiguée, je ne comprends pas...par "limité" tu veux dire parcequ'un angle d'ouverture de plus de 180° n'est pas favorisé par l'IBC ?? Image



marc a écrit:
Ce qui me dérange le plus c'est qu'on veuille opposer des juges ou des clubs sous le prétexte de standards différents, qui en réalité sont très proches !
Image

En tout cas, je connais de nombreux bettaphiles qui font partie de plusieurs clubs, le facteur limitant étant plutôt le montant total des cotisations, pas le standard.:P


marc a écrit:Un petit mot pour Claire :
Le Global Half Moon Club, a eu une durée de vie de quelques mois il me semble...
Le Global a "vécu" 4 ans; la raison pour laquelle le club a fini en "queue de poisson", c'est justement la révision du standard IBC en 2005, le Global n'avait plus de raison d'être.



En tout cas, ce topic est un bon résumé historique. Image
Avatar de l’utilisateur
Jurabetta
 
Messages: 43
Inscription: 26 Juin 2003, 20:28
Localisation: Suisse
Section régionale ou club: Swiss Betta Club & IBC

Suivante

Retourner vers La C.I.L. - I.B.S.C.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité